Venus- Le Journal de bord Marquises- Partie 2

Vous êtes tombés sur cet article sans avoir lu les articles précédents? Alors pour vous mettre dans la sauce voici un petit résumé sous forme de recette.


Nous appellerons ce plat : Aventure sur lit de Pacifique


Comme ingrédient principal prenez une équipe qui s’est donné comme mission d’aller jusqu’à Tahiti chercher Venus, un magnifique voilier de 51 pieds. Ajoutez-y le défi de le ramener jusqu’au Québec. Laissez mariner le tout pendant une traversée de plus de 10 semaines sur deux océans et plus de 7 000 miles nautiques. Et pour agrémenter le tout, nous y ajouterons un dernier ingrédient spécial: la situation de pandémie mondiale et de restrictions de voyage.

Ça vous met l’eau en bouche? Moi aussi, alors c’est parti!


Vendredi 14 mai 2021.

On lève l'ancre!

Direction?

Alors ceux d’entre vous qui nous avez suivi sur noforeignland le savez déjà, mais pour le reste je vais faire durer un peu le suspens.

Tandis que je suis toujours à l’attente de recevoir ma réponse de la part d’immigration nous sommes allés à la gendarmerie afin de nous assurer que la sortie de la Polynésie pouvait toujours se faire depuis Hiva Oa. Eh bien non, surprise, à cause du COVID maintenant toutes les sorties se font uniquement à Nuku Hiva! Du coup, nous voici obligés de retourner à Nuku Hiva…


Mais, car oui il y a un mais, il s’avère que nous ne sommes pas loin d’une des îles les plus renommées des Marquises. Elle ne se trouve qu’à 10 heures de navigation et plusieurs personnes nous ont partagé le fait que nous ne pourrions pas dire que nous connaissions les Marquises tant que nous n’étions pas allés à cette fameuse île. Quand sera la prochaine fois dans notre vie que nous aurons l’opportunité de revenir par ici? Dur à dire. Peut-être jamais? Du coup, en attendant la réponse d’immigration, on décide de faire une petite escale à la baie qui est connue comme l’une des plus belles au monde

Hanavave, Baie des Vierges, Fatuiva


Alors cap au Sud-Est, et après une belle navigation au près (histoire d’être originaux), c’est au tout petit matin que nous découvrons cette fameuse Baie. Notez le « B » majuscule car il me semble qu’elle la mérite tout à fait.

Quel spectacle.

Indéscriptible.

Bienvenus à Hanavave!


La beauté pure. Une beauté qui vous caresse doucement et qui vous donne la chair de poule, qui vous remue bien des émotions.

Une petite Baie surplombée de falaises noires et vertes, avec des phaétons blancs, qui dansent au loin, sans effort, tel des raies des cieux, un petit feu qui emplit le village et la vallée d’une fumée mystérieuse…

Féerique

Et isolé


Ici vous pouvez uniquement vous rendre par bateau : l’Aranui (bateau qui fait cargo et transport de passagers) une fois aux trois semaines, en navette de 12 places deux fois par semaine, ou bien en voilier. Et dans tous les cas c’est une navigation de 8 heures minimum.

Autant dire que c’est pas mal isolé.

Nous sommes tellement chanceux de pouvoir être ici, isolés du monde, isolés de cette situation de pandémie. Ici nous avons l’impression d’être dans un monde parallèle, un univers parallèle, et c’est juste magique.


Jeudi 20 mai 2021

Fatuiva…

L’île paradisiaque, l’île où tout est beauté et tranquillité.

Cela fait quelques jours que nous sommes là, et pourtant chaque matin nous avons l’impression de redécouvrir un nouveau monde.

Chaque jour la même vue, mais tellement différente dans sa beauté...


Comment le décrire?

Si je ferme les yeux et j’avais à décrire la baie d’Hanavave qui nous fait face, je dirai que c’est noir, vert pétillant, bleu clair et transparent, avec une certaine fraîcheur, des falaises abruptes, une vallée enclavée, des cocoteraies, des manguiers verts pétant, et surtout, un air mystérieux, une sensation de pureté.

C’est bon j’ai ré-ouvert les yeux.


Mais il faut continuer. Nous pourrions rester ici longtemps, bien plus longtemps. C’est une autre vie. Dans le supermarché du village il n’y a ni poisson, ni légumes, ni fruits. Pour quoi faire? Les arbres en sont pleins? Ce ne sont pas des produits qui se vendent. Tu veux une mangue? Demande au propriétaire du manguier et il se fera un plaisir de t’en donner…une boîte pleine! Sinon c’est facile, le surplus fini dans l’estomac des cochons.

Magique...


Du poisson? Pareil! Ici l’eau est suffisamment claire pour voir à 10 mètres de profondeurs! Alors si jusqu’ici nous étions plus mode canne à pêche, il nous a semblé bon d’essayer la pêche sous-marine. Et quel régal!